Recommander cette adresse à un ami Imprimer le contenu de cette page Télécharger cette page en PDF
Comment réagir face à un mariage forcé qui risque d’arriver ?

 Une personne contrainte au mariage craint parfois pour sa vie. Il convient donc d’agir avec prudence. Si vous êtes sollicité-e par la personne, vous pouvez être une oreille attentive et diriger vers un service spécialisé, ou être une actrice ou un acteur compétent pour la prise en charge. Dans tous les cas, il faut prendre le temps pour écouter et orienter la personne, convenir d’un moyen de rester en contact et ne pas chercher à joindre soi-même la famille.

 

Quels signaux peuvent alerter sur la situation ?

  • Fiançailles soudaines
  • Peur de partir en vacances
  • Signes de violences physiques
  • Baisse des prestations scolaires
  • Interruption de la formation ou de l’apprentissage
  • Conflits familiaux

Comment aider la personne concernée ?

  • Prendre le temps pour la personne, c’est peut-être la seule fois qu’elle va se confier
  • En tant qu’enseignant-e ou employeur : permettre à la personne de faire des démarches pendant les heures d’école ou de travail
  • Réfléchir à un moyen de communication non surveillé
  • Orienter vers des services spécialisés

Que faut-il éviter à tout prix ?

  • Renvoyer la personne sans aucun conseil ou contact
  • Banaliser la situation
  • Contacter la famille ou donner des informations sur les mesures prises
  • Prendre l’initiative d’une médiation non désirée

Des réponses plus détaillées vous attendent dans la fiche ci-contre. Vous pourrez aussi y découvrir les approches ciblées possibles pour les spécialistes de la prise en charge. Bonne lecture !

 

Publié le 27 avril 2020

Office cantonal de l'égalité et de la famille
Avenue de la Gare 33 | CP 478 | 1951 Sion
+41 27 606 21 20 |
Design & illustrations by www.pole-in.ch - powered by /boomerang
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer votre expérience utilisateur et réaliser des statistiques de visites.
Lire les mentions légales ok