Recommander cette adresse à un ami Imprimer le contenu de cette page Télécharger cette page en PDF
Une nouvelle étude montre les effets du travail à temps partiel sur la prévoyance vieillesse

Le système de prévoyance vieillesse suisse a bonne mémoire. C’est ce que montre une étude réalisée par l’IDHEAP sur mandat de la Conférence Suisse des Délégué-e-s à l’Egalité entre Femmes et Hommes (CSDE). C’est pourquoi les déléguées à l’égalité recommandent que toutes les personnes actives soient informées de manière précise, transparente et compréhensible, sur leurs futures prestations de prévoyance vieillesse. Elles invitent en outre les femmes et les hommes à assurer un taux minimum d’activité de 70% tout au long de leur vie active.

Le travail à temps partiel est une caractéristique typique de l’emploi féminin. Or, la décision de concilier le travail ménager ou l’éducation des enfants grâce à l’activité professionnelle à temps partiel a des conséquences sur la situation financière, non seulement pendant la vie active, mais aussi au moment de la retraite. Il apparaît qu’en Suisse, un nombre important et croissant de personnes, surtout des femmes, n’atteignent pas le minimum vital et sont tributaires des prestations complémentaires.

La CSDE encourage une réflexion de fond sur les effets futurs du recours massif et durable au travail à temps partiel. Il est indispensable que les femmes en particulier réalisent à quel point leur prévoyance sera impactée lorsqu’elles travaillent à temps partiel.

 

 

Office cantonal de l'égalité et de la famille
Avenue de la Gare 33 | CP 478 | 1951 Sion
+41 27 606 21 20 |
Design & illustrations by www.pole-in.ch - powered by /boomerang